Quand j'ai vu le défi Destination Australie sur le blog de Evertkhorus qui nous propose de découvrir un pays tous les deux ou trois mois à travers les livres je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais de lire le fameux Cul-de-sac de Douglas Kennedy.

Finalement, je n'ai pas lu Cul-de-sac mais Piège Nuptial ce qui est la même chose car le livre a été réédité dernièrement avec une nouvelle traduction.

cul_de_sacPiege_Nuptial


L'histoire :

 

Lassé de son train train quotidien, Nick, journaliste américain trentenaire un peu blasé, décide de tenter l'aventure de sa vie et d'aller à la rencontre du Bush autralien. Il arrive dans la ville de Darwin,au Nord,  où il achète un minibus qui lui servira à traverser le désert sur la seule route qui descend vers le Sud... Mais tout e monde n'est pas forcément capable d'affronter l'outback australien.

 

Résumé éditeur :
Ce qui a manqué à Nick, journaliste américain en virée dans le bush australien ? Quelques règles élémentaires de survie : 1 Ne jamais conduire en pleine nuit sur une route déserte : un kangourou se ferait une joie de défoncer votre pare-chocs. 2) Ne jamais céder aux charmes d'une auto-stoppeuse du cru. 3) Et ne jamais se laisser droguer, enlever et épouser par ladite autochtone. Dans son village, en effet, le divorce n'est pas autorisé. Mais le nombre de veuves y est impressionnant...

 

Mes notes de chevet :
Voici un roman court et qui se lit d'une traite. D'abord à cause de son humour décapant ( humour noir, très noir à conseiller à ceux qui aiment ), ensuite à cause du suspense présent à chaque page. On monte à bord du minibus de Nick un brin charmé par sa désinvolture et par son amour des grands espaces. On se croirait partis pour une petite ballade beatnik bien tranquille mais tout dérape brusquement. Et nous voilà à ses côtés pour une longue descente aux Enfers magnifiquement rythmée.

Tour au long du récit le sable rouge d'Australie colle à la peau de Nick comme une énorme poisse dont il ne peut se défaire. Une atmosphère oppressante et troublante, des personnages rustres et bruts de décoffrage... Une ville fantôme qui apparente ce roman bien plus à un film d'horreur qu'à un roman policier comme il est souvent présenté.

Effectivement, pas mal de clichés dans ce premier roman du très connu Douglas Kennedy, des traits un peu caricaturaux, des situations de temps en temps attendues mais finalement on se laisse très bien entraîner dans cet univers sordide et on a pas envie de lâcher les pages suivantes. Je connaissais déjà la prose de Douglas Kennedy mais j'ai vraiment eu l'impression de découvrir une autre facette de son écriture à travers ce roman.   

Un excellent thriller à conseiller à ceux qui aiment les frissons !

Pimprenelle aussi en avait apprécié la lecture. Calypso et Lasardine l'ont lu également.