48438000_1_

C'est grâce à Stéphie que j'ai pu lire Huis-Clos en Toscane puisqu'elle a gentiment proposé d'en faire un livre voyageur. Je l'avais déjà repéré chez elle et j'avais très envie d'en faire la lecture. J'ai donc sauté sur l'occasion.

Le sujet :

Six anciennes amies décident de s'organiser un week-end entre filles, sans hommes, sans enfants et sans téléphones dans une vieille maison de Toscane où elles avaient fait un séjour ensemble au bon vieux temps du lycée. Arrivées là-bas, les anciennes affinités ainsi que les vieux différents renaissent. Seul Piera, l'organisatrice du séjour ne se présente finalement pas... Puis, une autre semble avoir décidé de partir, enfin, quand une troisième femme disparaît il devient clair qu'un grand danger rôde  et l'angoisse commence à s'installer parmi celles qui restent.... 

Mon avis :

Le titre m'avait interpellé pour deux raisons : premièrement l'histoire se passe dans une région d'Italie que j'apprécie particulièrement et j'attendais beaucoup de cette ambiance "italienne". Bon, il va sans dire que je m'étais trompée puisque tout l'action se passe dans une unique villa : adieu les beaux paysages de Toscane et le petit voyage imaginaire que je m'étais inventé ! ( Ce n'est qu'un détail)

Deuxièmement j'étais ravie de lire à nouveau un roman  dont les meurtres se passent en huis-clos car c'est un des genres policiers que j'aime particulièrement...  Quelle angoisse j'avais ressentie en lisant Le Mystère de la chambre jaune, Double assassinat dans la rue Morgue et le fameux Dix petits nègres , livre auquel Huis-Clos en Toscane fait clairement référence :

" - Mouais, On dirait ce film... Je ne sais plus le titre... Il ne reste plus personne, je crois, ça ne vous dit rien? demanda Lucia sur un ton un peu trop jovial.

- Si, c'est un Hitchcock ! répondit Tatti serviable.

- Pas du tout. Il en existe trois versions, celle de René Clair,celle de George Pollock et celle de Peter Collinson, expliqua Amanda un peu lasse. Les deux premières s'appellent Dix petits Indiens... Tandis que la version de Collinson s'intitule Il ne reste personne. C'est un roman d'Agatha Christie, pour être précise et, si vous voulez le savoir, le titre original est Ten Little Nigers, ce qui, avant même la voque du politiquement correct, avait été mal reçu".

Voilà donc l'atmosphère que je désirais retrouver dans ce roman... la tension, l'angoisse, la question : mais qui-est-ce????

Malheureusement je n'ai pas vraiment été agréablement surprise... Même si j'ai apprécié le fait que le récit se construise selon le point de vue de chacune des femmes ( ce qui permet de rapidement vérifier  que dans les amitiés de groupes les apparences sont souvent trompeuses... ) je n'ai jamais été surprise ou angoissée, je n'ai pas haleté en attendant de lire la suite... En fait, pendant les deux bons tiers du livre les héroïnes ne prennent pas peur ou ne se posent pas de question sur les disparitions de leurs compagnes. Du coup, il est difficile de s'identifier et le suspense ne monte pas.

Ensuite, j'ai trouvé les personnages trop caricaturaux. Les ficelles étaient simples et l'on devine facilement les raisons de ces meutres. Enfin, j'ai trouvé la fin un peu grotesque...limite film de série B. 

A ma décharge il est vrai que j'ai l'habitude de lire des polars bien plus noirs que celui-ci du coup j'étais peu être un peu immunisée à cette simplicité....

J'ai hâte de voir maintenant les avis des autres participantes qui vont recevoir ce livre voyageur et je remercie chaleureusement Stéphie de me l'avoir fait parvenir  !! En tout cas Pimprenelle l'a elle aussi apprécié donc il y a des chances que ce livre fasse d'autres heureux !