fitz

Je me souviens avoir lu, il y a bien longtemps,  avec délectation Tendre est la Nuit et Gatsby le magnifique, sans parler du film avec Robert Redford qui avait fortement marqué mon esprit. La lecture cet été de Alabama Song de Gilles Leroy   m'a donné envie de retrouver l'écriture de Fitzgerald. La collection Folio à deux euros m'en a donné l'occasion à prix doux .... Malheureusement, je n'en ai pas eu pour mon argent !!!

Qu'est-ce donc que ces deux nouvelles qui forment ce recueil? En voici les résumés éditeurs :

La première s'intitule "Une vie parfaite" :" Renoncer à l'alcool, à la cigarette, aux flirts. Voilà ce à quoi s'astreint le jeune Basil Lee afin de mener une vie parfaite et être un exemple pour son entourage. Mais la perfection peut agacer..."

Le seconde s'intitule "L'Accordeur" : " Luella a tout pour être heureuse : elle est belle, jeune, riche, mariée à un homme séduisant et a un adorable petit garçon. Pourtant elle déteste sa vie et s'apprête à tout quitter quand elle rencontre le mystérieux Dr Moon.F. S. Fitzgerald dresse le portrait de héros insouciants, capricieux et tourmentés, confrontés aux réalités de l'existence, et, à travers eux, d'une génération perdue."

Et bien, il est presque difficile d'en dire plus que les résumés. En effet, la première nouvelle est agaçante à double niveau : son personnage principal est peu attachant... il est aussi agaçant pour le  lecteur autant qu'il l'est pour les autres personnages. Voici un jeune homme qui se met en tête de montrer l'exemple à tous, devient moralisateur à l'excès, et brusquement change d'avis ... On ne sait pas très bien où le récit nous mène, on ne voit pas s'il faut en tirer une morale quelconque, est-ce un récit ironique? J'ai eu la sensation de rester sur ma faim... Si tant est que j'aie eu l'appétit ouvert...

Le seconde nouvelle semblait plus prometteuse ... Un bel incipit : " A cinq heures du soir, le sombre salon ovale du Ritz s'épanouit aux notes d'une mélodie subtile - clapotis léger d'un morceau de sucre, deux morceaux, qui tombent dans la tasse, tintement des théières étincelantes et des pots de crème, qui se caressent élégamment en passant sur les plateaux d'argent. Les amateurs chérissent entre toutes cette heure ambrée, où le pâle, délicat labeur des lis qui peuplent le Ritz est fini - il reste la partie musicale, décorative du jour."

Nous entrons dans la vie de Luella. C'est une femme déçue et malheureuse de son sort. Oui, "elle a tout pour être heureuse" : mariée à un homme riche, un petit garçon, une belle maison... mais voilà : Luella s'ennuie. Elle n'arrive pas à se contenter d'être une gentille femme de maison, n'aime pas faire la cuisine, ne trouve pas que l'instinct maternel est une évidence, voudrait avoir une vie plus exaltante... Son couple bat de l'aile. On s'identifie facilement au personnage, le mari paraissant assez déplaisant. Ce dernier fait appel au mystérieux Dr Moon pour résoudre leurs problèmes de couple. Et là, le récit dérape...

Loin de trouver une solution pour rendre cette femme plus épanouie,  le Dr Moon tente de la ramener dans le droit chemin... et il y arrive ! à quel prix !

Quel récit cruel,  moralisateur et d'une autre époque ! .... Quelle écriture machiste ! Pour le coup, j'ai refermé le livre passablement énervée !

Je m'en tiendrais à mes beaux souvenirs de ses deux grands romans...

Pimprenelle ne semble pas avoir apprécié plus que moi...

Seule consolation : j'ai réussi mon second challenge 2 euros  lancé par Cynthia !

CHALLENGE_2_EUROS